Horizon

 Trubert-MainTrubert-paysage extrait G. Trubert

 

L’artiste plasticienne Géraldine Trubert a été invitée au sein du pôle psychiatrie du CHU de Saint-Étienne pour rencontrer patients et personnels autour des sensations de paysages et de leurs réinterprétations. Cette rencontre a donné lieu à une réalisation collective de six dessins muraux au fusain et installation de filtres de couleurs, qui habillent un des couloirs de circulation du pôle.

Le projet a été soutenu par la ville de Saint-Étienne et dans le cadre du dispositif «Culture et Santé» par l’Agence Régionale de la Santé, la Direction Régionale des Affaires Culturelles et la Région Rhône-Alpes.

***************

« ...on est petit dans le dessin et on grandit avec... »

(Parole de patient - extrait du catalogue)

***************

Géraldine Trubert / Biographie :
 

Plasticienne et scénographe, formée à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg, j’ai été diplômée en scénographie en 2006. Actuellement, basée à Lyon et je dessine, scénographie et enseigne.

J’alterne les projets personnels d’exposition / intervention et les expériences collectives pour la scène et l’édition.

Les espaces dans lesquels je vis et travaille, les paysages que je parcours et mes lieux imaginaires sont au cœur de mes préoccupations graphiques et scénographiques. Je voyage avec l’envie de m’interroger sur les paysages traversés : je les observe, les arpente, je suis attentive à la façon dont ils sont (in-) occupés. Ces paysages donnent lieu à des propositions, les inspirent, ils peuvent aussi en être le support.

Mon travail s’inscrit sur et dans le paysage sur des problématiques de dedans / dehors.

Des résidences (parc national de Terra Nova - Canada. Vallée du Giussani - hautes montagnes corses. Académie des beaux arts de Kinshasa - RDCongo. Quartier populaire de Gounghin à Ouagadougou - Burkina) ou des voyages de recherches (Islande, Ecosse, Italie..) ont permis de confirmer ma pratique du territoire et du projet puisant sa matière dans les lieux.

En dessinant sur les murs, je cherche à fabriquer des fenêtres, emmener ailleurs, s’évader, élargir les horizons dans des lieux intérieurs.

***************

Projet Horizon / Note d'intention :
 

RENCONTRER ET ÊTRE ENSEMBLE >> LE MILIEU HOSPITALIER

Intervenir dans les murs de l'hôpital me permet d'une certaine façon par mon travail, d'être dans le monde, je veux dire toucher un monde que je ne connais pas, auquel je n'ai pas accès et dont la nécessité d'y être en tant qu'artiste me parait nécessaire.
 

APPARAÎTRE ET TRAVERSER >> LES MURS DU PÔLE PSYCHIATRIQUE

Lors de ma première visite au pôle psychiatrie, je reste avec l'image en tête de ce long couloir. Les quelques fenêtres qui amènent de la lumière et j'ai une envie de couleurs. Alors me vient l'envie de paysages muraux en noir et blanc avec de la lumière de couleur. Imaginer une alternance entre des murs de paysages, ce que j'appelle des fenêtres et des murs de couleurs que j'appelle des chaleurs sur lesquels la lumière de l'extérieur vient se réfléchir et faire des zones de couleurs quand on passe devant. Et là je pense des chauds et des froids, comme dans le paysage. Des couleurs qui donnent des sensations physiques. Nous pourrions nous servir des fenêtres existantes pour faire réfléchir la lumière à l'intérieur en couleurs et sur les murs dessiner des paysages. S'offrir un nouvel horizon. Le couloir devient ainsi une traversée séquencée de vues et autres sensations.
 

DESSINER ET PARTAGER >> EXPERIENCE COLLECTIVE

Amorcer des bouts de murs, initier des paysages avec mon trait et que côte à côte chacun trouve sa place le long d'une ligne d'horizon. Ce couloir peut devenir une échappée ou au contraire un refuge, en dessinant en grand ou dans des cadres. Trouver son échelle où chacun est à l'aise. Proposer des thèmes paysagers est une bonne façon de se plonger dedans. Qui que l'on soit, on a tous traversé, rêvé, imaginé, mémorisé un paysage. Le fusain permet des successions de couches, quasi infinies. C'est un outil qui permet de se tromper, de superposer, de fixer, de se poser la question d'être satisfait tout en se disant que «rien n'est grave». Dessiner c'est une extension du bras et du corps.

RÊVER ET VALORISER >> MURS ET MEMOIRES

J'aimerais emmener les participants vers un paysage senti, pas nécessairement représentatif. Un endroit inspiré de la sensation, presque du toucher. Il s'agit d'une expérience dont on voit une trace sensible et pérenne dans un processus collectif.

***************

HORIZON (2016) / Géraldine Trubert - artiste invitée au sein du pôle psychiatrie du CHU de Saint-Étienne. Réalisation collective de six dessins muraux au fusain et installation de filtres de couleurs

Avec les fusains et les mots de Jérôme, Tahel, Sonia, Fabien, Yves, Ali, Chrystelle, Kelly, Julien, Eugène, Alain, Christine, Mathias, Sonia, Sara, Safia, Pierre, Romain, Pamela, Sandra, Sophie, Florent, Éric, Geneviève, Cécile, Claire, Véronique, Evelyne, Yannick, Jessy, Florence, Yvan.

COORDINATION / Mourad Haraigue - chargé de projets Culture et Santé, Isabelle Zedda - chargée de communication et culture au CHU de Saint-Étienne.

CRÉDITS / Géraldine Trubert, Mourad Haraigue

CONTACTS / Mourad Haraigue - chargé de projets Culture et Santé Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; Géraldine Trubert - artiste : geraldinetrubert.com , www.geraldinetrubert.blogspot.com

 

Découvrir le catalogue "Horizon"

Découvrir un article sur le projet culturel du CHU de Saint-Etienne