Jardins imaginaires en terres hospitalières


illustration noir et blanc

Le contexte : 

Jardins imaginaires en terres hospitalières est un projet artistique de médiation culturelle construit sur trois ans. Il est destiné aux patients, soignants mais aussi familles rencontrées. Il se déroule simultanément sur trois hôpitaux isérois : le Centre hospitalier Alpes Isère de Saint-Egrève, le Centre médical Rocheplane de Saint-Martin d'Hères, et l'Etablissement de Santé Mentale des Portes de l'Isère (anciennement Centre psychothérapique Nord-Dauphiné) de Bourgoin-Jallieu. Il est monté en partenariat avec deux structures culturelles : le Théâtre municipal de Grenoble et le Centre des Arts du Récit. Cinq artistes d’horizons différents sont invités à mener un travail de création autour de la question de nos Jardins Imaginaires. Le processus artistique se nourrit des rencontres et des ateliers proposés auprès des publics dans les différents hôpitaux.

 

Semaine de Résidence # 1

 

C'est donc en 2016 que ce projet triennal a démarré, avec une première résidence de création qui a eu lieu du 12 au 16 décembre. Retours en mots et en images sur ces cinq jours si denses en rencontres et en créativité.

BD1234sans bords

Déroulé :

Le lundi, premier jour de résidence à la Chapelle du Centre Hospitalier Alpes Isère, a permis aux 5 artistes de se rencontrer et d’échanger sur leurs pratiques, leurs propositions. L’équipe : Núria Alvarez Coll, architecte comédienne du Collectif Terrón et Mathilde Beguin architecte plasticienne // EMDÉ, dessinateur chez Voyagitudes // Raphaël Cordray, compositeur chez Microphone // Jennifer Anderson conteuse de la Cie Ithéré.

Ensuite, c’est le Théâtre de Poche qui les a accueillis, pour une première journée de travail au plateau qui a été orchestrée par Nuria Alvarez Coll et Mathilde Beguin autour de la terre. Il s’agissait de faire découvrir aux autres artistes ce matériau, et pour elles d’explorer in situ des dispositifs artistiques imaginés dans le cadre d’interventions futures avec les patients à Rocheplane. Jeux de mouvements, d’empreintes, de traces des corps dans la matière ; explorations sensorielles… Cette journée a permis de créer les conditions de rencontre artistique entre les différents intervenants, de relier à la terre aux autres médiums, et d’ouvrir les possibles autour de la thématique des jardins imaginaires.

Le troisième jour a été orchestré par le jardinier EMDÉ, et donc sous le signe du crayon. L’idée était de proposer aux autres artistes d’expérimenter des jeux autour du dessin, tels qu’ils pourraient être envisagés auprès des publics de l’hôpital de Saint-Egrève. Un « échauffement » autour de contraintes ludiques a été proposé dans un premier temps, suivi d’une invitation à dessiner son jardin imaginaire : travail autour de l’autoportrait et représentation graphique du paysage imaginaire intérieur de chacun.

Le jeudi, ce fut le tour de Raphaël Cordray (pour le son) et Jennifer Anderson (pour le récit) de proposer au collectif d’explorer leurs domaines, dont l’écoute était le fil conducteur. Dans un premier temps, les artistes ont été invités à vivre une ballade sonore urbaine. Casques sur les oreilles, captation sonore en direct, ils ont pu appréhender la richesse d’un environnement familier amplifié. Cette expérience a permis à l’équipe de découvrir son quotidien sous un nouveau jour : le monde des sons. La ballade a été suivie d’un temps d’échange sur l’expérience vécue, d’une mise en mot pour chacun. Cette première mise en récit pour chaque artiste, autour d’un moment vécu à la fois individuellement et collectivement, a permis de découvrir la perception des uns et des autres : images singulières, particulières ou communes. BD croquis sans bordsDeux autres propositions sur la mise en récit ont suivi. La première consistait à fermer les yeux, à penser à un jardin qui nous a marqué dans notre vie, puis dans un second temps à le décrire, puis le raconter aux autres. Ensuite le groupe a été invité à s’installer autour d’une table où étaient disposées feuilles et crayons. La conteuse énumérait des mots liés au jardin, comme un inventaire, puis chacun était invité à dessiner son jardin imaginaire, mais en racontant à voix haute ce qu’il dessinait, pour lui-même, un peu comme le font les enfants, spontanément. Les voix, les récits se sont mélangés, entre-mêlés, créant de nouveaux récits de jardins imaginaires.

Enfin le vendredi, était prévue une présentation du travail en cours, en présence de quelques patients de l’Hôpital de Saint-Egrève, ainsi que de quelques partenaires référents du projet. Cette restitution invitait le public à vivre et à partager avec les artistes un voyage, une expérience à la fois physique, sensorielle, poétique, et imaginaire. Ni véritablement un spectacle, ni un atelier de pratique, cet instant s’est construit autour des propositions artistiques, des pistes nées du temps d’échanges et d’exploration pendant la semaine, invitant tour à tour le public à être spectateur ou acteur. Dans la salle de spectacle, une partie du plateau avait été recouverte de terre de couleur sable, dans laquelle se mouvaient les artistes, et parfois les participants. Le dessinateur EMDE se tenait prêt à croquer les instants vécus. Autour d'une table, le travail de dessin et de récit du jardin imaginaire de chacun a déroulé son fil. Pour clore cette première restitution commune, un petit sac de terre a été remis à chacun.

Cette première expérimentation essaimera dans les différents hôpitaux partenaires du projet début 2017, dans le cadre de différentes résidences. Le travail sera amené à s'enrichir au fil des exéperiences vécues, jusqu'à la prochaine réunion de l'ensemble des artistes du projet, qui devrait avoir lieu fin 2017. Vous en entendrez donc sûrement encore parler !

Découvrir les croquis de Emdé de la Semaine de Résidence # 1.

Poursuivre la découverte en images avec la page Facebook du projet Jardins imaginaires en terres hospitalières.

 Croquis de Emdé, dessins des participants.

 ***************

Ce projet est co-porté par :

  • Le Centre Hospitalier Alpes Isère - contact : Nathalie Tanghe, ergothérapeute, responsable culturelle Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - 04 76 56 49 56,
  • Le Centre Médical Rochplane (Fondation Audavie) - contact : Agnès Perroux, responsable culturelle  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - 04 57 42 40 23,
  • L'ESM Portes de l'Isère - contact : Jean-Pierre Lorenzi, Cadre supérieur de santé et responsable culturel Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - 04 74 83 53 00,
  • Le Théâtre Municipal de Grenoble -  contact : Marie-Christine Cuffolo, Chargée du développement des Actions culturelles  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - 04 76 84 01 60,
  • Le Centre des Arts du Récit - contact : Martine Carpentier, directrice Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 04 76 51 21 82.

Il bénéficie du soutien financier de la Direction Régionales des Affaires Culturelles Auvergne-Rhône-Alpes, de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et de l'Agence Régionale de Santé Auvergne-Rhône-Alpes, dans le cadre du dispositif régional Culture et Santé.

Il réunit les artistes :

 ***************

Suivez l'actualité du projet : page Facebook.