Parcours de créations partagées avec la Cie les Transformateurs

 

La Fondation OVE s'est associée aux Transformateurs pour proposer sur la saison 2015/2016 différentes modalités de rencontres avec ses établissements et services médico-sociaux, autour de deux spectacles de la compagnie : la pièce Festum, les repus et les affamés, en cours d'écriture, et leur précédente pièce, Annette, reprise dans différents théâtres de la région.

Deux spectacles autour desquels imaginer deux manières d'approcher l'écriture et l'invention d'une histoire.

 

1er volet : des immersions artistiques et littéraires pour partager une histoire en cours d'écriture...

festumAu départ de Festum

Rituels, mascarades, chahuts...
Dans les peintures anciennes, dans les écrits moyenâgeux et jusqu'à nos jours, il est fait état de fêtes qui permettent de conjurer nos peurs, petites et grandes. Fabriquer des gestes et des costumes, le temps d'une nuit ou de quelques jours... Autant de rituels qui permettent d'affronter ensemble la peur de l'inconnu.
 
La compagnie Les Transformateurs souhaitait interroger la nécessité qu'éprouve l'être humain à se défaire de l'habit du quotidien pour se vêtir d'accoutrements, d'oripeaux, de déguisements, et se rassembler.

 

 

Le processus d'immersions

« Depuis de nombreuses années, dans le cadre de nos résidences, nous avons invité le public à jouer, à écrire, à participer à nos spectacles. Nous invitions un certain nombre de personnes à pratiquer notre art comme amateurs. Et des gens venaient. Et des gens s'essayaient. Mais, il nous a semblé que certaines personnes restaient en retrait (pas facile de venir sur scène, pas facile de se livrer avec les mots). Pour le spectacle Festum nous avons envie d'aller vers le plus grand nombre en nous immergeant dans leur univers avant de les inviter à participer au nôtre. »
(Nicolas Ramond, Fabienne Swiatly)
 

Nicolas Ramond, metteur en scène, et Fabienne Swiatly, auteure associée au projet, ont travaillé le spectacle et son texte en participant au quotidien de différents lieux-complices de la région : un centre social, une maison de retraite, un hôpital... Deux établissements médico-sociaux OVE ont fait partie de la démarche : l'IME Villa Henri Salvat et le DEAT 69.

Durant toute une semaine, les artistes ont partagé tâches et activités avec les personnes qui vivent, travaillent, chaque jour à l'IME et au DEAT.
Une démarche artistique où chacun a pu participer, « à son endroit », comme il le souhaite, à la pièce en train de s'écrire (en s'intéressant aux costumes, en assistant à une répétition à la table, en s'invitant dans le texte par le récit d'une anecdote...).

 

Un carnet de bord tenu par Fabienne Swiatly est venu témoigner en mots et en images, affichés jour après jour sur les murs des établissements, de cette façon singulière de se rencontrer dans un quotidien partagé.

Une petite forme a été proposée en clôture de la semaine passée ensemble, une restitution sous forme théâtrale du texte imaginé dans le cadre de l'immersion.
 
 

Carnet 3-rogné

Carnet 2-rogné  Carnet 4-rogné
 
  Extraits du Carnet de bord de l'immersion au DEAT 69 - © Photographies et textes de Fabienne Swiatly
 

 2ème volet : une petite forme de médiation pour ouvrir le débat et inviter à découvrir la version longue...


La précédente pièce de la Compagnie a retenu l'attention de la Fondation OVE compte tenu de l'histoire racontée, celle d'une « enfant pas comme les autres ».

« Je suis tombée de la main des dieux et j'ai brisé le miroir. Comment vous le raconter ?
Au départ de ce spectacle il y a Annette, une enfant pas comme les autres. Comme dans un miroir brisé, son reflet n'est jamais complet. Dans chaque éclat nous voyons une parcelle du monde d'Annette. »
(Extrait du texte de la pièce écrit par Fabienne Swiatly)

 

Une petite forme de médiation Autour d'Annette accompagne le spectacle.
Elle nous fait parcourir le processus de création. Comment aborder avec décalage et poésie la question de l'altérité ? Comment inviter le spectateur à prendre de la hauteur et à dépasser le cadre du singulier pour appréhender l'universalité de ces questionnements ? Témoignage, scènes de la vie quotidienne, crises, rapports humains, médecine, qu'est-ce qui fait de nous une personne (a)normale?

Cette petite forme a été proposée aux professionnels des établissements et services OVE, à l'occasion d'une Journée particulière imaginée sous le signe de l'échange d'expériences culturelles, organisée le 12 février 2016 au Toboggan (centre culturel de Décines).

Une quarantaine de personnes, de différents métiers, de différents établissements, ont découvert le texte mis en voix et en scène ; une occasion pour ces spectateurs singuliers, engagés chaque jour dans l'accompagnement de personnes en situation de handicap, d'apprécier les décalages poétiques, de discuter de l'importance des mots et des représentations qu'ils suscitent, et de la fabrication de cette œuvre sensible.
Cette petite forme a donné par la suite envie à plusieurs professionnels d'aller plus loin, en venant découvrir le spectacle en équipe et/ou avec des jeunes de nos établissements, à l'occasion de représentations scolaires et tout public.

 

                       Annette 1-BASSEDEF   Annette 2-BASSEDEF   Annette 3-BASSEDEF

Petite forme Autour d'Annette proposée à l'occasion de la Journée professionnelle du 12 février 2016 organisée au Toboggan - © Bertrand Paris, co-fondateur du collectif Tadaa associé à la Journée.

***************

Coordination du projet : Julia Lemery, Chargée de mission Culture, Fondation OVE, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. https://www.fondation-ove.fr/

La Cie Les Transformateurs :http://www.lestransformateurs.com/compagnie/

Ce projet a bénéficié du soutien financier de la Fondation du Crédit Coopératif, dans le cadre d’une Bourse aux projet sur le développement culturel dans le secteur médico-social coordonnée par interSTICES.

***************

Découvrir les immersions images et textes :

Carnet de bord de l'immersion à l'IME Villa Henri Salvat, et texte écrit par Fabienne Swiatly à cette occasion.

Texte écrit par Fabienne Swiatly à l'occasion de l'immersion au DEAT 69.